L'OISA examine les études de faisabilité préliminaires lors de la conférence internationale de l'OCI sur les réserves de sécurité alimentaire

06 avril 2021

Le 6 avril 2021, l'Organisation islamique pour la sécurité alimentaire a organisé la "Conférence internationale en ligne de l'OCI sur les réserves de sécurité alimentaire" pour explorer le rôle des réserves dans l'atténuation de l'insécurité alimentaire dans les États membres et discuter de l'étude de pré faisabilité, des concepts et des propositions pour leur établissement.

La conférence a été ouverte par S. E. l'Ambassadeur Askar Musinov, Assistant du Secrétaire Général du Secrétariat Général de l'OCI pour la Science et la Technologie ; dans son discours, il a parlé de l'importance des Réserves de Sécurité Alimentaire de l'OCI dans la lutte contre les crises d'insécurité alimentaire dans les Etats membres. Il a souligné le fort soutien que l'OCI apporte à l'OISA dans ses efforts pour assurer la sécurité alimentaire à travers les programmes stratégiques. 

Dans son discours d'ouverture, S.E. M. Yerlan A. Baidaulet, Directeur général de l'OISA, a noté que la nécessité d'établir les réserves de sécurité alimentaire de l'OCI a été soulignée depuis longtemps par les Etats membres de l'OCI, depuis 1995. Elle a d'abord été mentionnée lors de la 4e conférence ministérielle de l'OCI sur la sécurité alimentaire et le développement agricole à Téhéran, en République islamique d'Iran, puis lors de la 7e conférence ministérielle de l'OCI à Nur-Sultan, au Kazakhstan, en 2016. Il a déclaré que la création de réserves de sécurité alimentaire par région serait le moyen le plus concret d'assurer la sécurité alimentaire en cas de catastrophe humanitaire.

Selon les rapports de l’ONUAA, environ 2 milliards de personnes dans le monde connaissent une insécurité alimentaire modérée à sévère, dont beaucoup résident dans les États membres de l'OCI. La pandémie a exacerbé la situation ; selon le PAM et le Global Humanitarian Overview (GHO) 2021, la demande d'aide humanitaire et de protection augmentera de près de 40 % en 2021 en raison de la COVID-19.

La création de réserves de sécurité alimentaire pourrait consolider les efforts des États membres de l'OCI/OISA en vue d'atteindre la sécurité alimentaire et d'éliminer la faim à travers le monde musulman. Après l'adoption de la résolution № OISA/GA/3-6-2020 sur l'établissement des réserves de sécurité alimentaire de l'OCI lors de la troisième Assemblée générale les 2 et 3 décembre 2020, le Secrétariat de l'OISA a été chargé d'engager des experts pour améliorer les études préliminaires et de réunir les États membres pour approuver le développement ultérieur des réserves de sécurité alimentaire.

Les activités de l'OISA visent à résoudre le problème de l'insécurité alimentaire dans les États membres par le biais de 16 programmes stratégiques approuvés lors de la 3e Assemblée générale de l'OISA qui s'est tenue en Turquie en décembre 2020. Ces programmes de l'OISA, en général, sont axés sur trois tâches principales : premièrement, la prévention et la gestion des risques dans le domaine de la sécurité alimentaire, qui comprennent l'établissement des réserves de sécurité alimentaire de l'OCI. Deuxièmement, le renforcement des capacités dans le domaine de l'agriculture par le biais du renforcement des liens commerciaux et économiques et du potentiel scientifique et technologique, et troisièmement, la fourniture d'un soutien humanitaire aux pays de l'OCI dans le besoin.

S.E. Yerlan Baidaulet, Directeur général de l'OISA, a exprimé l'espoir "que les résultats de la Conférence de l'OCI sur les réserves de sécurité alimentaire conduisent à la création d'un mécanisme crédible de coopération entre les États membres de l'OCI en vue d'assurer la sécurité alimentaire grâce aux efforts de chaque pays".

La première session a été dirigée par M. Stephen Catchpole, spécialiste de la réforme du secteur public à LA International Cooperation, le partenaire de l'OISA. Il a présenté l'objectif général de la FSR, à savoir faciliter l'accès de la population à la nourriture pendant les périodes de pénurie alimentaire dans les États membres de l'OCI par la coordination des politiques nationales de stocks alimentaires et des réserves alimentaires nationales. Pour ce faire, les États membres doivent conclure des accords bilatéraux et multilatéraux afin d'éliminer les obstacles au commerce international, d'avoir accès à des mesures de stockage et de distribution en cas de crise, ainsi que de protéger les stocks alimentaires et d'assurer la stabilité des prix du marché.

La session suivante a été abordée par M. Pierre Van Roosbroeck, consultant international en sécurité alimentaire, qui a présenté les concepts de la sécurité alimentaire et un projet d'étude préliminaire de faisabilité des réserves de sécurité alimentaire de l'OISA. La session a couvert en détail de nombreux aspects de la gestion de la RSA, notamment les aspects techniques, conceptuels, financiers, géographiques et logistiques.

En outre, M. Stephen Catchpole a donné un aperçu du projet de Mémorandum d'accord sur le RSA, qui couvre ses stratégies, ses dispositions de gouvernance, ses politiques de distribution et d'échange, le rôle du Comité directeur de la RSA et du Secrétariat, et d'autres questions.

Après les présentations, les participants ont fait part de leurs réactions et de leurs recommandations pour améliorer les études présentées.

La conférence a démontré la pertinence et la nécessité de la RSA. Par conséquent, la prochaine étape dans la réalisation de cet objectif ambitieux consistera à résoudre les tâches consistant à créer un comité directeur et à organiser des réunions appropriées pour chaque réserve alimentaire régionale potentielle, et enfin, à élaborer des études de faisabilité distinctes et complètes pour chaque réserve de sécurité alimentaire.




L’information fournie par l’Organisation Islamique pour la Sécurité Alimentaire («OISA») sur iofs.org.kz (le «Site») est fournie à des fins d’information générale seulement. OISA est une organisation internationale à but non-lucratif et toutes les informations sur le Site sont fournies de bonne foi, sans aucune intention de commercialiser, de réaliser des bénéfices ou d’exploiter autrement tout contenu. Toute utilisation commerciale, y compris, mais sans s'y limiter, la revente, la facturation de l'accès, la redistribution, ou pour des travaux dérivés tels que des traductions non-officielles basées sur ces documents, ne sont pas autorisées. Tous les messages, publications, textes et toutes les autres formes d'information sur le site appartiennent aux auteurs et les références sont liées entre elles.

En aucun cas, l'OISA ne peut être tenu responsable des pertes ou des dommages de toute nature résultant de l'utilisation du site.