Les 27 et 29 août à Djedda (Arabie Saoudite) se passera la Deuxième Assemblée de l'Organisation Islamique de la Sécurité Alimentaire (OCI l’OISA). Dans le cadre de l'assemblée, le Kazakhstan a l'intention de proposer à l'organisation des initiatives pour créer plusieurs fonds communs.
"Le premier fonds est un fonds pour les céréales, dont le but principal est de garantir les besoins internes du pays en céréales et en farine, qui sont devenus membres de l'organisation", a déclaré à Forbes.kz Gulmira Isaeva, vice-ministre de l'Agriculture.

Aujourd'hui, ce sont les pays islamiques qui fournissent 70% de la consommation mondiale de farineet le Kazakhstan, en tant que membre de l'OCI, dispose «d'une occasion unique d'accroître ses exportations vers le marché des pays musulmans».
"Tous les pays (membres de l'organisation) ont exprimé leur intérêt (pour la création d'un fonds)", a ajouté Isaeva.
Selon ses estimations, le Kazakhstan pourrait fournir de 1 à 1,5 million de tonnes de céréales et de farineà ce fonds.

En outre, a ajouté le vice-ministre, une Association de Producteurs Agricoles des pays de l'Organisation Islamique pour la Sécurité Alimentaire est en cours de création. "Autrement dit, des liens directs seront établis entre eux et, par conséquent, les importateurs seront également impliqués dans le travail avec cette association. Il s’avère que les demandes de tous les pays concernant tous les types d’aliments seront mises en œuvre directement par des contrats directs entre les entreprises membres de cette association ", a-t-elle expliqué.

Le Kazakhstan proposera également d'examiner la question de la création d'un fonds d'investissement, "qui permettra aux pays membres d'investir dans les pays de l’OISA au sein de leur propre cercle de pays inclus dans l'organisation".
- De nombreux pays musulmans, très riches, sont les Émirats Aarabes Unis, le Qatar, Bahreïn, l'Arabie Saoudite et sont intéressés par des investissements dans l'industrie alimentaire au Kazakhstan. Et ils veulent que nos produits répondent aux exigences halal. Par conséquent, nous avons entamé les négociations en 2017 sur le site de l'EXPO, et nous envisageons maintenant sérieusement la création d'un centre de certification des produits halal au Kazakhstan. Ce centre fonctionnera pour toute l’Asie centrale. Pour eux (pays investisseurs inclus dans l'OCI), l'essentiel est que la technologie de production et le produit final soient conformes aux normes halal », a expliqué Isaeva.

Dans le même temps, le vice-ministre a souligné que ces pays souhaitaient investir au Kazakhstan et qu'ils avaient déjà manifesté leur intérêt pour les programmes d'investissement existants. Le volume du fondsd'investissement peut atteindre de 500 millions de dollars et plus.
Une initiative visant à créer un fonds commun pour les technologies et la science innovantes sera également proposée. Gulmira Isaeva a noté que dans le cadre des accords préliminaires, toutes ces initiatives ont déjà été soutenues par les participants de l'organisation.
Le Kazakhstan est le membre de l'OCI depuis 1995. En 2011, le Premier Président du Kazakhstan, Nursultan Nazarbayev, a présenté une initiative visant à créer une Organisation Islamique pour la Sécurité Alimentaire. À ce jour, 33 pays de 56 pays membres de l'OCIont adhéré à l'OISA.

Source: https://forbes.kz/finances/markets/kazahstan_predlojit_islamskim_gosudarstvam_investirovat_v_agrosektor/

L’information fournie par l’Organisation Islamique pour la Sécurité Alimentaire («OISA») sur iofs.org.kz (le «Site») est fournie à des fins d’information générale seulement. OISA est une organisation internationale à but non-lucratif et toutes les informations sur le Site sont fournies de bonne foi, sans aucune intention de commercialiser, de réaliser des bénéfices ou d’exploiter autrement tout contenu. Toute utilisation commerciale, y compris, mais sans s'y limiter, la revente, la facturation de l'accès, la redistribution, ou pour des travaux dérivés tels que des traductions non-officielles basées sur ces documents, ne sont pas autorisées. Tous les messages, publications, textes et toutes les autres formes d'information sur le site appartiennent aux auteurs et les références sont liées entre elles.

En aucun cas, l'OISA ne peut être tenu responsable des pertes ou des dommages de toute nature résultant de l'utilisation du site.